Faucons pour tous

Des faucons à la cathédrale

A la fin des années ‘90, des ornithologues bruxellois découvrent un couple de Faucons pèlerins hivernant sur les tours de la cathédrale des Saints Michel et Gudule au centre de Bruxelles. En 2001, afin d’encourager une éventuelle nidification, un nichoir est placé sur l’édifice par les ornithologues de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (IRSNB) en collaboration avec le Fonds d’Intervention pour les Rapaces. Ce nichoir ne sera jamais utilisé, mais au printemps 2004, un couple de faucons s’installe sur un balcon, au sommet de la tour Nord de la cathédrale. Début mars, la femelle pond 3 beaux œufs. De mémoire d’ornithologue, c’est la première fois que ce magnifique oiseau niche à Bruxelles.

C’est en observant, fin mai 2004, les acrobaties des 3 fauconneaux sur les gargouilles de la cathédrale que le projet « Faucons pour tous » a été conçu par l’IRSNB en association avec la Commission Ornithologique de Watermael-Boitsfort. L’occasion était trop belle de montrer au grand public la beauté de la Nature dans un cadre aussi extraordinaire. 

Pour qui et comment ?

Le principe du projet est simple : permettre aux petits et grands, navetteurs et citadins, amateurs passionnés et touristes d’un jour, d’observer en détail le déroulement de la nidification d’un couple de Faucons pèlerins. Chaque printemps, en avril et en mai, le public est invité à venir découvrir les secrets des faucons grâce à deux caméras miniatures installées dans le nid, à quelques centimètres des œufs. Les images sont transmises vers des écrans, disposés derrière les vitres d’un poste d’observation installé pour l’occasion sur le parvis, au pied de la cathédrale.

Spectacle de faucons

Le spectacle est total : cela se passe à 50 m de haut, en équilibre sur un balcon, mais c’est comme si on y était ! On observe un premier fendillement, un bout de bec cisaille la coquille rouge brique, une première éclosion, un premier pépiement. Le père faucon vient, haut dans le ciel, de capturer un pigeon en le heurtant en vol à toute vitesse. Il s’approche maintenant de la cathédrale et passe la proie à sa femelle qui attend sur le bord du nid. Elle rejoint les petites boules de duvet en repliant très précautionneusement ses doigts vers l’intérieur, afin de ne pas risquer de les égratigner de ses serres. Becquée après becquée, elle nourrit précautionneusement ses rejetons affamés. Jour après jour, les fauconneaux grandissent et leur plumage se développe. A l’âge d’environ 6 semaines, c’est le grand moment: après de nombreuses acrobaties entre les gargouilles et balconnets de la cathédrale, les jeunes faucons se jettent pour la première fois dans le vide et découvrent leur nouvel élément : l’immensité du ciel.         

Bientôt, ils vont planer à des centaines de mètres de haut pour subitement fondre sur une proie à des vitesses vertigineuses. Les Faucons pèlerins sont en effet capables de piquer à près de 400 km/h! Le Pèlerin maîtrise le ciel comme nul autre oiseau.

Conservation de la nature

Au-delà de la présentation des faucons au public, le but du programme « Faucons pour tous » est également de montrer que lorsque l’on prend des mesures pour la conservation de la Nature, on a des résultats. En effet, le Faucon pèlerin a failli disparaître complètement d’Europe au cours du XXème siècle. La contamination de ses proies par les pesticides provoquait l’empoisonnement des adultes et des œufs. Depuis les années ’70, ces substances chimiques sont interdites et une directive européenne assure la protection des oiseaux sauvages sur le territoire de l’Union. Ce sont ces actions qui ont permis à un premier couple de Faucon pèlerin de revenir nicher en Belgique à partir de 1994. Ils sont aujourd’hui plus de 80 couples nicheurs!

A l’époque, la disparition du Faucon pèlerin ne provoqua d’émotion que chez quelques spécialistes de par le monde. Aujourd’hui, son retour enthousiasme des dizaines de milliers de personnes, rien qu’en Belgique. Le programme Faucons pour tous, c’est donc l’histoire de la collaboration entre une institution scientifique et une association de conservation de la Nature, c’est un partenariat avec une Région, une Ville, des Autorités ecclésiastiques, des entreprises privées. Et, c’est la simple histoire de passants qui découvrent une Nature extraordinaire, même en ville.   

Entre 2004 et 2010, 24 fauconneaux ont pris leur envol de la cathédrale des Saints Michel et Gudule tandis que plus que 100.000 personnes sont venues sur place découvrir ces oiseaux magnifiques.

Top